j’habite une chambre
où il se passe
des silences en attente
des absences en entente
par cet espace vécu
ou cet espace vacant
tous transfusés en désirs mécaniques
je frappe le vide très haut
dans cette promiscuité
c’est alors que surgit
urbaine silencieuse secrète
qui peut
l’envie d’un être en contact






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire