je me voudrais purement brute et d’une froideur définie cubique un morceau de viande surgelée je me voudrais glaciale tas de pierres qui coagulent et s’échappent dans un interminable trépas je me voudrais débarrassée saillante d’une brise qui déchire les drapeaux blancs mon coma dans le tien moi tout blanc tout récalcitrant colorant avec ma frénésie dégueulasse des parcours de tram silencieusement banlieue noire banlieue courbée ramasse banlieue mais je suis sensée rejaillir sensiblement de la même flamme que mille détresses unies perdre mes membres les plus lourds mes armes les plus efficaces pour être certaine de nager par mes ultimes secousses pour avoir confiance que la gangrène pénètre jamais le coeur que le coeur flotte et qu’il a encore toutes ses chances de brûler d’espoir là où y’a des humains question que la communication communique ce qu’elle voudra bien pour patcher ce que tu pourrais voir si tu posais ta main sur mon épaule à ma pire minute.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire