maman parle de l'enfant que j'ai été et que je connais plus calme très calme disent les photos trop calme l'enfant glaçante au regard dru chat noir sous le bras comme une peluche des livres beaucoup de livres sur le porte-bagage du vélo j'aimais pas l'école pas apprendre croire et vivre seuls m'intéressaient et absorbée de tout les pensées fantastiques la mer qui s’arrête pas les disques qui craquent toujours du vent les souvenirs lourds bruyants sa poitrine chaude sur les épaules de papa les épaules de papa papa caverne de mon coeur mains dans la terre dans l'écorce du réel dans la peinture dans la flamme rouge du feu la première image renvoyée du miroir conscient pour comprendre pour exister ma folle naissance.