Marseille, 25 janvier 1996, Tarkos écrit que, dans les gravats, il a son adresse en construction qui temporise.

Je me suis perdu, j’ai bien fait de me perdre, j’avais la force de l’élan, puis je me suis perdu, j’ai mis toutes mes forces pour me perdre


Où es-tu ?...