autoportrait au coude 20/04/20

tu te fais chier tu prends l’appareil photo tu prends la pose tu te dis que tout est sur pause mais que certaines choses continuent de bouger à l’intérieur tu essaies de tenir dans un carré tu t’aperçois que les coudes ça fait des angles droits tu te reposes tu t’y prends mal tu te serres dans tes bras tu te sens pas en sécurité tu te connais bien tu t’observes là où t’as vieilli la dernière fois que tu t’es autoportrée que t’as fait ça parce que de toute façon ON n’a que ça à foutre


jour 35
revenir aux montagnes
là où tu te crois en sécurité
mais le feu a repris
c'est plus le même

c’est pas le mien 

Ma fille-4897-tirage papa 44,9 x 29,9

eau froide

la vie salope
de l’âme
du corps
de l’estomac
de toutes
c'est comme le bas du dos

la tête qui s’auto-protège
ça veut rien voir la fille
juste
que c’est la solitude qui devait régner
qui réglerait tout
la fuite
pas d’attache
pas de confiance


toute ta poésie à force de mâchoires
de métal
de mots crus

comme une grosse dose d’antidouleurs

mais guérit pas la blessure



d'aller la nuit écouter aux murs des Abattoirs du silence (ces foutus hôpitaux) les cris perçants. Michel Merlen

« La gorge nue sous le métal
j'aboie muet
surgit alors
l'homme en blouse blanche
qui prend ma main
mais ne dit pas bonjour.»
1940-2017