J’ai crié dans ma nuit, à quelqu’un à quelque chose qui ne revient plus, à mon cadran à mon chevet, bavant de jalousie, l’implorant de se coller à moi, de poser sa main sur mon ventre, de calmer mes cris j’ai scruté cette nuit des choses dont tout le monde se fout, la voisine d’à côté qui hurle sur sa gamine, mon père qui m’a pas sorti trois phrases depuis l’enfance, le chat d’en haut amoché par la connerie humaine, et l’Angélus de sept heures et les avions dans le ciel me rappellent que personne n’écoute de toute façon. 









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire