moi je suis comme ça. mes doigts déboulent jusqu’à mes cris j’ai besoin c’est comme ça être. de mes yeux à ma langue entre mes lèvres de mes mains entre mon cou taper très fort sur le papier sentir sentir sentir l’entité de la révolution qui assèche l’estime le corps le gras la viande le centre je ne suis pas une artiste je ne suis pas une intellectuelle l’étendue de ma poésie est muette mais je suis sûrement quelque chose d’autre par amour une substance vomitive adjective dégressive régressive [de moi-même de l’étrangère de l’amie de la voisine de l‘ombre de ma mère] j’écris pas pour moi pas pour le quartier pas pour l’atelier de poésie j’écris pas par envie pas pour mon deux pièces pas pour me couper l’oreille pas pour l’auto fiction j’oublie des r des a et des râles et ça sera pas dur de continuer à écrire pas pour le désir pas pour le sexe pas pour sentir quelque chose en dedans pas pour les moments j’écris pas pour me faire charmer pour jubiler dans mon for intérieur et que tout d’un coup ça semble me dépasser pour toutes ces fois où j’ai voulu vivre j’écris pas pour m’emparer de moi pour éclater mon corps pour orgasmer pour rêver pour respirer et pour pouvoir. j’écris sans titre. moi je suis comme ça.